NAISSANCE D’UNE ORATRICE : EMMA GONZALEZ

NAISSANCE D’UNE ORATRICE : EMMA GONZALEZ

La Marquise : Si on en croit votre traité de prise de parole, elle a tout contre elle.

Moi : Une femme, avez-vous dit ?

La Marquise : Et très jeune, tout juste 18 ans.

Moi : En effet ! Elle n’a pas l’autorité de l’âge, qui pourrait compenser, comme feues Simone Veil ou Germaine Tillon. Elle n’est même pas professeur.

La Marquise : Mieux, elle est élève au lycée de Parkland en Floride, rescapée du massacre du 14 février.

Moi : Et si j’en crois sa photo, elle a les cheveux rasés, ce qui ne lui donne pas l’allure d’une vamp.

La Marquise : Tenez-vous bien, elle a parlé seule devant les caméras de télévision pendant près de 12 minutes.

Moi : Extraordinaire ! Qu’a-t-elle dit ?

La Marquise : Elle était très émue.

Moi : On le serait à moins.

La Marquise : Elle commencé par évoquer les Pères fondateurs pour mettre en cause personnellement le président Trump en l’accusant de s’enrichir grâce à la vente libre des armes.

Moi : Remarquable : style direct et apostrophes à ses adversaires. Phrases courtes et bien balancées, langue populaire, donc efficace. La preuve : toutes les trois phrases, elle était interrompue par les applaudissements et les cris des auditeurs.

La Marquise : Elle sait aussi utiliser les chiffres. Jugez-en : « Vous avez reçu 30 millions de dollars de la National Riffle Association pour votre campagne électorale. Divisés par le nombre de morts aux Etats-Unis par armes à feu depuis le début de l’année, cela revient à 5 800 dollars par mort. »

Moi : Et le final de son discours, digne d’un pasteur évangéliste chevronné :

They say tougher guns laws do not decrease gun violence.

We call BullShit.

They say a good guy with a gun stops a bad guy with a gun.

We call BullShit.

They say guns are just tools like knives and are as dangerous as cars.

We call BullShit.

They say no laws could have prevented the hundreds of senseless tragedies that have occurred.

We call BullShit.

That us kids don’t know what we’re talking about, that we’re too young to understand how the government works.

We call BullShit.

La Marquise : Je traduis, pour les Béotiens :

« Ils disent qu’une législation plus stricte sur les armes ne fera pas baisser la violence.

Nous répondons : connerie !

Ils disent qu’un gentil avec une arme peut arrêter un méchant avec une arme.

Nous répondons : connerie !

Ils disent que les flingues sont des outils comme les couteaux et aussi dangereux que les voitures.

Nous répondons: connerie !

Ils disent qu’aucune loi n’aurait pu empêcher ces centaines de tragédies insensées.

Nous répondons : connerie !

Ils disent que nous, les écoliers, nous ne savons pas de quoi nous parlons, que nous sommes trop jeunes pour comprendre comment le gouvernement fonctionne.

Nous répondons : connerie ! »

Moi : Si elle ne reçoit pas une balle perdue, notre ami Trump a du souci à se faire avec cette gamine.

 

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :