LYSIAS, ENCORE RATÉ !

LYSIAS, ENCORE RATÉ !

Comment ai-je pu ne pas assister à ces deux évènements ? (Notez qu’on écrit aujourd’hui « événement » et non plus « événements » comme dans ma jeunesse). Je laisse la parole aux organisateurs, dans leur inimitable style légèrement ronflant — rhétorique oblige :

Jeudi dernier :

Le jeudi 20 avril 2017 avait lieu la grande finale du concours national d’Eloquence ! Après 5 tours de haute volée, voilà que s’affrontaient pour le titre suprême Samuel GHANEM-SAVAREL et Manon EVANO, seuls rescapés des 32 candidats initiaux.

Cette joute tant attendue avait lieu dans la magnifique grande salle de la Fondation Deutsch de la Meurthe, au sein de la Cité Universitaire de Paris et devant un jury exceptionnel : Maitre Laurent DELVOLVE (Président), Maitre Edmond-Claude FRETY, Maitre Charles CAZALS et Maitre Baudouin DUBELLOY.

« L’avenir s’écrit-t-il sans les urnes ? », à cette question, c’est l’affirmative et Manon EVANO qui triomphèrent ! Cette dernière se voyant offrir une préparation estivale au CRFPA d’une valeur de 2800 euros par notre partenaire CAPAVOCAT.

C’est ainsi que s’acheva cette édition 2017 du concours national d’Eloquence, riche de talents mais surtout de souvenirs.

Vivement l’année prochaine !

Vendredi dernier :

Le vendredi 21 avril 2017 se tenaient les finales des concours nationaux de plaidoirie civile et pénale. Pierre CHADEFAUX et Paul DUCHESNE en L1 (civil) ainsi que David GONCALVES et Ilyes KAMECHE en L2 (pénal) s’y affrontaient pour le titre suprême !

L’événement avait lieu au sein de la magnifique grande salle d’audience du Tribunal de Commerce de Paris où nos candidats ont pu exprimer tout leur talent face à un jury exceptionnel : Maitre Olivier COUSI (Président), Maitre Marie-Lautre INGOUF, Maitre Kami HAERI, Maitre Loïc DUSSEAU et enfin Monsieur le Substitut du Procureur Ludovic HERVELIN-SERRE.

A l’issue d’un long suspens, Paul DUCHESNE et David GONCALVES furent sacrés lauréats de l’édition 2017 !

Une édition marquée par le talent de tous les candidats et qui laissera à toutes et à tous, des souvenirs impérissables.

2 Commentaires
  • Etchebeheïty
    Posted at 09:14h, 24 avril Répondre

    “événement” et non plus “événements” ? Quelques abus alcoolisés auraient-ils rendu notre Marquise confuse ?

  • Jean-Christophe saladin
    Posted at 09:26h, 24 avril Répondre

    Caramba ! Cela fait plaisir d’avoir une lectrice attentive. Je me suis aperçu de la coquille lorsque le billet voguait déjà dans les tuyaux de l’Internet, si j’ose une métaphore aussi hardie. Et je me suis également posé la question de sa cause. Faut-il incriminer l’alcool ou simplement la résistance de l’orthographe de mon enfance, alors que je suis vigoureusement partisan de sa réforme ? Cela me donne une idée des résistances que cela peut provoquer chez les gens qui pensent que l’orthographe est sacrée. Dire que j’ai vécu tant d’années avec mon salaire de correcteur ! Je crois que nous ne sommes pas sortis de cette auberge !

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :