LE BRIO

LE BRIO

— C’est ce que certains nomment charisme (charme ?) ou bien virtuosité. En fait, c’est de l’italien et Larousse traduit ce mot par « entrain » et Garzanti par « vivacité ». Curieusement, c’est un terme emprunté à la musique (allegro con brio).

La Marquise : Cessez de tourner autour du pot en faisant étalage de dictionnaires ! Vous avez vu le film. Alors, en ont-ils ? En a-t-elle ?

Moi : Oui, sans aucun doute, ils en ont tous les deux. La jeune Carmelia Jordana et le vieux Daniel Auteuil sont de très bons acteurs et surtout, ils ont l’air d’être ce qu’ils jouent.

La Marquise : N’est-ce pas cela, un bon acteur ?

Moi : Et l’intrigue réussit à surprendre, alors qu’elle aurait pu facilement rester un peu « téléphonée », donc poussive. Ce n’est pas l’éternelle bluette du roi et de la bergère.

La Marquise : Ouf ! Et le message sur la rhétorique ?

Moi : Selon Yvan Attal, elle permettrait de franchir les barrières sociales. C’est vrai, mais c’est surtout le culot de la jolie beurette qui lui permet de franchir les barrières en question, lorsque ses copains de banlieue restent finalement passifs et ouaichophones.

La Marquise : Donc, film « macron-compatible » ?

Moi : Pas seulement. La salle du Wepler était pleine de gamins et de leurs familles.

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :