LA RHÉTORIQUE EST-ELLE L’ART DU MENSONGE ?

LA RHÉTORIQUE EST-ELLE L’ART DU MENSONGE ?

Quand Sean Spicer, le porte-parole de la Maison-Blanche, affirme (en bafouillant et sans regarder son public) que « la foule présente à l’investiture de Donald Trump était la plus importante jamais vue pour une investiture, point-barre ! » le public se dit qu’il exagère, car les photos de l’événement montrent clairement l’inverse. Sa parole aurait-elle dépassé sa pensée ?

— Que celui qui n’a jamais exagéré lui jette la première pierre.

 

Mais quand Kellyanne Conway, conseillère du président, dit ensuite très sérieusement que le porte-parole n’a pas menti, mais seulement énoncé des « faits alternatifs » (alternative facts), le même public se dit qu’on entre dans une zone dangereuse, celle où les mots n’ont plus de sens — du moins plus de sens communs, seuls garants de la vie sociale. Le pire est donc à craindre pour la démocratie.

— Ce n’est hélas pas très nouveau ! D’autres présidents américains ont brillé dans l’exercice.

— Et bien d’autres, qui n’étaient pas du tout américains.

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :