LA RÉPÉTITION GÉNÉRALE

LA RÉPÉTITION GÉNÉRALE

— Où étiez-vous donc hier ? Nous n’avons pas vu votre billet du lundi ?

— C’est que j’étais en lointaine province, invité à assister à l’inauguration d’une magnifique bibliothèque humaniste, à Sélestat pour tout vous dire. Tout était très réussi, et aussi le discours du maire, mais…

— Mais… ?

— Ils avaient oublié de faire une répétition générale pour la sono, l’éclairage, les projections, et tout le tralala, si bien que ce qui devait arriver arriva !

— Vraiment ?

— Hélas oui ! Le maire commença son spitche en se faisant projeter sur le visage un PowerPoint montrant une belle photo de la façade du bâtiment. Un mètre plus à gauche et il était sauvé, mais là, il n’y avait plus de lumière.

— Cruel dilemme, en effet !

— Il eut la courtoisie de parler brièvement et invita le public à regarder un film qui avait été tourné pour la circonstance. Et patatras !

— Il est tombé de la scène ?

— Pas du tout ! En revanche, l’homme de la technique qui devait projeter le film n’a réussi à mettre en marche son ordinateur qu’au bout de dix bonnes minutes. Et quand il y est finalement arrivé, l’image était minuscule, dans un coin de l’écran.

— Cruelle déception !

— D’autant qu’il y avait tout un tas de beau linge : l’archiduc et son épouse l’archiduchesse…

— Non !?

— Si, vous dis-je ! Descendus tout exprès de leur château, là-bas, très loin. Et le préfet, le sous-préfet, le président du Conseil général…

— L’évêque ?

— Hé non, pas l’évêque !

— Dommage !

— Moralité : n’utilisez JAMAIS de matériel électrique ou mécanique sans l’avoir testé auparavant dans les conditions réelles de la représentation. On appelle cela un filage technique. C’est un ancien machiniste de théâtre qui vous le dit et vous pouvez le croire.

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :