LA PANNE

LA PANNE

Sapristi ! Je l’avais dit ! Je l’avais écrit (p. 51 de mon bouquin Mieux parler en public, Vuibert, 3e édition) ! Je l’avais annoncé ! Et voilà que cela m’arrive ! Non, mais, c’est un gag !

La Marquise : Calmez-vous, mon cher ! Qu’est-ce qui vous est donc arrivé ?

Moi : Avant-hier, à Sélestat…

La Marquise : Ah ! Sélestat, je connais, c’est cette ville pittoresque d’Alsace où on ne rencontre plus âme qui vive dans les rues après 19 h, comme s’ils avaient peur de voir passer le veau de Colmar.

Moi : Qu’est-ce que le veau de Colmar vient faire ici ?

La Marquise : C’est une autre histoire. Mais revenons à votre aventure, je vous prie.

Moi : Eh bien, j’arrive dans la salle de conférences de la Société des Amis de la Bibliothèque humaniste, pour faire un spitche très érudit sur la guerre des théologiens et des humanistes.

La Marquise : Jusque là, rien que de normal.

Moi : Pour donner du piment à mon allocution, j’avais prévenu que je projetterais quelques jolis dessins que Holbein avait dessinés dans les marges de L’Éloge de la Folie. Et j’avais tout prévu : la clé USB avec les fichiers des dessins, et une collègue qui apportait son ordinateur portable et le câble. Très professionnel, donc, me semblait-il.

La Marquise : Et alors ?

Moi : Et alors, une fois que tout est branché, fini ! plus d’image ! Impossible de projeter quoi que ce soit ! Le technicien de l’endroit passe près d’un quart d’heure à quatre pattes sous la table à essayer tous les fils. Il faut se rendre à l’évidence : le projecteur ne veut pas lire les images provenant d’un Mac.

La Marquise : Comment vous êtes-vous sorti de cette épineuse situation ? Avez-vous renoncé à vos dessins de Holbein ?

Moi : Une bonne amie qui se trouvait dans l’assistance m’a sauvé la mise. Elle a couru chez elle rapporter un ordinateur PC et tout est rentré dans l’ordre.

La Marquise : Moralité : Il ne faut pas seulement prévoir tout le matériel, mais aussi le matériel de rechange dans les autres configurations techniques.

Moi : Avouez que cela aurait été triste de se priver des dessins de Holbein.

La Marquise : J’avoue sans réserve.

Pas de commentaire

Ecrire un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :